Club Astronomie à Livinhac le Haut
Cliquez ICI

...
Animations Astronomie à la carte
Observations - Conférences - Ateliers

...
Atelier SoriAstres un lundi par mois
...

dans ce site

ZODIAC

Ciel voilé et cycle solaire n°24


vendredi 3 juin 2016, par Bertrand Duchastel

Bonjour à tous,

Le cycle solaire 24 est en pleine descente, avec quelques soubresauts ! Aujourd’hui, vendredi 3 juin 2016, un disque sans GTS ou à la rigueur 2 petites pénombres sur le même centre d’action, non loin du MC et en latitude nord de 15° environ.

Lorsque nous observons un diagramme en papillon, on constate que depuis le cycle de 1910, le cycle N°24 a le nombre le plus bas de GTS de haute latitude ; de plus, les hautes latitudes observées sont plus basses que la moyenne.

La constante solaire faiblit également sur ce cycle N°24.

On sait également que plus le cycle solaire est faible, plus il laisse passer les puissants rayons cosmiques galactiques : si on examine un graphique depuis les années 1960 ( les suivis fiables commencent vers cette période ), on voit que c’est le maximum du cycle solaire N°24 qui laisse passer le plus de rayons cosmiques galactiques. Au niveau des latitudes moyennes, entre février 2015 et mars 2016, les RC galactiques auraient augmenté de 8% ! On sait que ces RC favorisent les noyaux de condensation des nuages bas et moyens aux latitudes moyennes et favoriseraient la formation des orages. Ils pénètrent également les avions de ligne, avions de chasse et aussi les astronautes.

Nous savons également que les autres cycles longs solaires sont en décroissance forte, hormis celui de 2800 ans. Il est donc probable que le cycle suivant, le N° 25 sera encore plus faible.

Quelques indices permettent de déterminer la faiblesse ou la force d’un cycle solaire :

- plus le palier de minima est long et bas, plus le cycle qui se déclenche sera faible. L’inverse est vrai.
- plus les GTS de haute latitude sont rares, plus le cycle est faible. L’inverse est vrai.

En ce qui concerne le centre de gravité du système solaire, Jupiter et Saturne jouent un rôle dominant avec Jupiter en tête ( plus massive que Saturne ). Uranus et Neptune jouent également un rôle dans une moindre mesure. Jupiter pourrait capter des ions du vent solaire selon sa position. lorsque Jupiter " tire seul " du même côté et que Saturne, Uranus et Neptune sont du côté opposé, le centre de gravité tend à se rapprocher du centre du soleil ! Hors, cela correspond à la période de 180-200 ans du cycle long de Maunder ! Dans 10 à 15 ans, on approchera cette situation. Donc le cycle 25 se montrera plus faible ! Je vais me pencher à nouveau là-dessus.

Ces constatations vont dans le sens d’un refroidissement naturel ; il faut voir comment l’effet additionnel de l’homme va se comporter ? Les gigantesques incendies de l’Alberta vont certainement avoir un impact à un léger refroidissement de l’HN, ainsi que les volcans en éruption.

Vénus express aurait bien détecté des éruptions volcaniques sur Vénus.

A la station, depuis le 29.05.2016, ciel bouché avec des nuages bas et rentrées maritimes fortes. Ces derniers phénomènes apparaissent de plus en plus fréquents au fil des années, du moins dans ma région. Entre le sud du Groenland et le large de l’Ecosse, l’atlantique nord a tendance à se refroidir.



Recherche personnalisée


articles de cette rubrique


Accueil > L’association > Ciel voilé et cycle solaire n°24
Plan du site | Espace privé | SPIP | contact | accueil