dans ce site

ZODIAC

Budget de la défense 2013 - pétition du Mouvement de la Paix -réponse de ma députée - ma réponse

suite à la


samedi 17 novembre 2012, par Claire HENRION

Ayant signé la pétition du Mouvement de la Paix dénonçant ce budget j’ai reçu une réponse de ma députée que je vous livre ci-dessous ainsi que ma réponse

Le 9 novembre 2012,

Madame, Monsieur,

J’ai bien reçu votre courriel, par lequel vous m’avez interpellée sur le budget du ministère de la défense. Je vous en remercie. Je sais combien le Mouvement de la paix est attaché aux questions de désarmement, de résolution des conflits et de promotion de la paix. Je le suis également.

Les missions et le format opérationnel de nos armées font aujourd’hui l’objet d’un travail prospectif – le Livre blanc - mené par le diplomate Jean-Marie Guéhenno, ancien secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de maintien de la paix. Aujourd’hui, comme vous le notez, le budget de la défense représente environ 2% du PIB, soit légèrement plus que la moyenne européenne.

Deuxième puissance maritime mondiale, la France dispose d’un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. Elle participe régulièrement à des opérations multilatérales sous l’égide de l’ONU et soutient vigoureusement le traité de régulation du commerce des armes, dont les négociations n’ont pu aboutir en juillet dernier. Elle a également été le premier membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU à ratifier la Convention sur l’Interdiction des armes chimiques et cherche constamment à lutter contre leur prolifération.

Le budget tel que présenté aujourd’hui correspond donc au strict nécessaire eu égard aux missions qui sont confiées à nos armées. En effet, depuis la chute du mur de Berlin, le format de nos armées a été particulièrement réduit. L’armée de l’air ne met plus en œuvre que moins de 300 avions de combat. La marine nationale ne déploie plus qu’un porte-avions et la flotte a été limitée. L’armée de terre a vu nombre de ses régiments dissous, suscitant souvent des mécontentements dans les territoires. Au-delà, le ministère de la défense est celui qui a le plus subi de réductions d’effectifs, tant en raison de la professionnalisation des armées que par souci de rationalisation et d’économies budgétaires.

Notre engagement en faveur de la paix ne peut cependant se suffire à lui-même pour faire face à un contexte mondial instable, qui voit émerger de nouvelles menaces sans que les anciennes aient véritablement disparu. Des régimes autoritaires aux velléités belliqueuses aux groupes terroristes déstabilisant des Etats tout entiers, en passant par les attaques visant les systèmes d’information et de communication vitaux : les dangers qui pèsent sur notre sécurité nationale ne manquent pas. Par ailleurs, des crises sévissent toujours, dans plusieurs points du monde où des forces d’interpositions peuvent être indispensables pour protéger les populations civiles et retourner à la paix. La France et ses forces armées doivent être prêtes à y parer en permanence.

C’est la raison pour laquelle la dissuasion nucléaire, dont fait partie le programme M51, doit être maintenue, comme s’y est engagé le président de la République. Elle reste en effet la garantie ultime de la sécurité et de l’indépendance de la France vis-à-vis de toute agression extérieure.

C’est également la raison pour laquelle il faut maintenir le niveau opérationnel de nos forces, alors que de nombreuses zones de crise se trouvent à moins de six heures de vol du territoire métropolitain. Parallèlement, la France doit continuer à œuvrer au désarmement multilatéral. Le président de la République, en réaffirmant le maintien de la dissuasion nucléaire, s’est aussi engagé à ce que notre pays « prenne sa part » en la matière. Notre défense est, comme son nom l’indique, le pilier de notre sécurité nationale et de sa sauvegarde. Elle est avant tout un outil pour la paix.

Enfin, le maintien du budget de la défense n’a pas remis en cause nos priorités : la justice et la sécurité, la jeunesse ou l’emploi. Ces domaines ont fait l’objet d’efforts budgétaires conséquents.

Mais je ne souhaite pas opposer ces secteurs essentiels à celui de la défense, dont les missions demeurent indispensables.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Marie-Lou MARCEL,
Députée de l’Aveyron

Conseillère Régionale,
Région Midi Pyrénées

www.marieloumarcel.fr

- - -

Claire Henrion, fondatrice de l’ACSEIPICA

Leymarie 12300 LIVINHAC LE HAUT

Le 17 novembre 2012

  • A Madame Marie Lou MARCEL, députée de la deuxième circonscription de l’Aveyron

Madame,

Je vous remercie de votre réponse qui me prouve, une fois encore, votre attention à l’égard des préoccupations de vos électeurs.

Cependant elle est, à mes yeux, comme à celles de tous les citoyens de plus en plus lucides sur la réalité de la "guerre non-conventionnelle" en cours actuellement, tout à fait irrecevable.

Suite au dossier que je vous ai remis par l’intermédiaire de Monsieur Bertrand Cavalerie en 2007 et à celui que vous avez reçu de notre association, l’ACSEIPICA en décembre 2011, vous ne pouvez, si vous ne l’aviez constaté auparavant par vous-même, ignorer ces avions militaires qui sillonnent notre ciel, comme celui de toutes les régions de France et celui de tous les pays de l’OTAN, à toutes les altitudes, quasiment sans cesse depuis 10 ans, laissant derrière eux ces traînées longues, larges, épaisses et persistantes qui se transforment en voile ou produisent des nuages aux formes et couleurs inconnues auparavant. De plus en plus d’analyses confirment que ces traînées contiennent, pour le moins du baryum, de l’aluminium, du strontium et de nombreux autres produits chimiques.

Certes, le nombre de bombardiers qui déchiraient nos oreilles et rasaient les plateaux a quelque peu décru, depuis 10 ans, c’est à dire depuis que ces épandages ont commencé. Les corps d’armée ont énormément réduit leurs effectifs mais alors ? où vont les sommes colossales et chaque année croissantes du budget de la défense nationale ?

... si ce n’est dans ces opérations d’épandage "secret défense" (comme l’a reconnu publiquement un pilote de l’aviation civile à Paris en août dernier) et toutes les armes nucléaires, chimiques, bactériologiques et électromagnétiques qui n’ont aucun intérêt pour la réelle défense de qui que ce soit mais dont le coût saigne le peuple. Jusqu’à présent vous défendiez le peuple. Le peuple n’a aucun, absolument aucun intérêt à se faire saigner pour financer des armes qui détruisent son environnement, sa santé et menacent même directement sa vie.

En réalité ces armes ruinent les nations et nuisent à tous, en temps de guerre, mais aussi en temps de paix où elles sont expérimentées à titre d’entraînement (Voir le rapport de Maj Britt Theorin au Parlement Européen [1] , plus d’actualité que jamais bien qu’il date de 1998 - les choses n’ont fait qu’empirer depuis) ; elles sont la source de profits honteux pour un petit cartel mondial de banques et de compagnies pétro-chimiques aux origines très compromises dans le nazisme, qui ne servent que les intérêts financiers de ceux qui s’évertuent à affamer et affaiblir les populations du monde entier. Jusqu’à présent, vous avez laissé entendre que vous étiez du côté du peuple. Quel que soit son parti, nul n’a besoin de ces armes sophistiquées et ruineuses pour se défendre car elles ne feront que le tuer et tout tuer.

C’est cette guerre non avouée contre la vie et l’environnement qu’il faut sans cesse et toujours plus financer, ce qui explique les restrictions drastiques dans les services publics, ce contre quoi vous vous êtes battue à nos côtés jusqu’à présent, tant que vous étiez dans l’opposition.

Mais le programme de rigueur qu’annonce le gouvernement actuel n’a rien à envier à celui de l’ancien gouvernement. Nos présidents, de gauche comme de droite, sont muselés et ligotés.

Vous n’ignorez sans doute pas ces propos de Mme Danielle Mitterrand : "Mai 1981 fut un mois de grande activité, car c’était la préparation de l’arrivée au pouvoir de François. J’essayais d’apporter tout ce qu’il y a de meilleur en moi, pour que ces rêves d’avoir une société socialiste, quoique à l’européenne, deviennent réalité. Mais bien vite j’ai commencé à voir que cette France juste et équitable ne pouvait pas s’établir. Alors je lui demandais à François : Pourquoi maintenant que tu en as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais offert ? Il me répondait qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir..." [2]

La discipline de parti est une bonne chose, certes, mais il y a des passages critiques où l’individu lucide doit s’en détacher s’il veut honorer la véritable identité de celui-ci.

Notre président a les pieds et poings liés mais pas les citoyens, ni leurs représentants.

Nous avons besoin de votre aide : tous ensemble, nous pourrions libérer notre pays de cette guerre non-conventionnelle, ce secret défense qui saigne nos ressources pour nous empoisonner. Il faut savoir dire STOP et ne plus s’aliéner aux cartels mondiaux des banques et des armes, masqués derrière les sociétés pétrolières, chimiques, pharmaceutiques, agroalimentaires, lesquelles, quelles que soient leurs bonnes intentions affichées, n’imposent au monde que guerres et destructions de la santé et de l’environnement de plus en plus sévère depuis plus de cent ans.

Approuvez ce budget de la Défense est en fait la pire trahison aux projets du parti que vous représentez, aux combats que vous avez menés jusqu’ici à nos côtés, et à l’intégrité dont vous avez fait preuve jusqu’à présent, ce pourquoi nous vous avons élue et duquel nous n’avons pu que nous réjouir jusqu’ici. Je suppose même que cela vous serre le cœur. Je vous en prie, considérez la situation globale pour ce qu’elle est réellement ; observez ces traînées d’avions absolument injustifiables autrement que par l’épandage délibéré de particules (voir le rapport « Case Orange » [3] ) et réveillez votre parti, afin qu’il ne se retrouve pas dans les « collabos » de l’Histoire.

Je reste à votre disposition et serais très honorée que vous m’accordiez un rendez-vous.

Recevez, Madame, mes meilleures salutations.

Claire Henrion

Fondatrice de l’ACSEIPICA

Notes

[1résolution B4-0551/95 sur l’environnement, la sécurité et la politique étrangère, adopté en 1998 par la Commission des Affaires Etrangères, de la Sécurité et de la Politique de Défense, et la Commission de l’Environnement, de la Santé Publique et de la Protection des Consommateurs. Rapport de Mme Maj Brit Theorin

[2Interview de Mme Danielle Mitterrand du 28 octobre 2005, texte intégral ici ou ici

[3Case Orange : rapport de spécialistes de l’aéronautique, présenté par le Pr Coen Vermoreen à Gand (Belgique) en 2010, téléchargeable sur cette page (avec les annexes) ou directement ici.



Recherche personnalisée


articles de cette rubrique


Accueil > Ciel > Budget de la défense 2013 - pétition du Mouvement de la Paix -réponse de ma députée - ma réponse
Plan du site | Espace privé | SPIP | contact | accueil