Club Astronomie à Livinhac le Haut
Cliquez ICI

...
Animations Astronomie à la carte
Observations - Conférences - Ateliers

...
Atelier SoriAstres un lundi par mois
...

dans ce site

ZODIAC

Scheat

beta Pegasi


mardi 22 mai 2012

REPERAGE et MYTHOLOGIE

Remontons tout droit au dessus de Fomalhaut et nous arrivons sur la constellation de Pégase, le cheval ailé de la mythologie grecque, né du sang de Méduse, tuée par Persée.

JPEG - 5.6 ko
Pégase, le cheval ailé

En tournant dans le sens inverse des aiguilles de la montre, le Grand Carré formé par les étoiles Scheat, Markab, Algenib et Alphératz (qui elle appartient à la constellation d’Andromède) est une des figures majeures du ciel de fin d’été et d’automne.

JPEG - 53.5 ko
Grand carré de Pégase

« Scheat  » est l’étoile β (beta) de Pégase ou 53 Pegasi, entre autres dénominations de catalogues. Notons toutefois que ce nom, "Scheat", est parfois aussi attribué à Delta du Dauphin.

Beta Pegasi rivalise en magnitude avec α (alpha), alias Markab  : Scheat est légèrement variable, entre 2.31 et 2.74 magnitudes, et Markab l’est encore moins entre 2.45 et 2.49.

JPEG - 53.9 ko
Grand carré de Pégase - zoom

«  Scheat  » vient de l’arabe - soit « Al Sa’id  », qui signifie "le bras du haut" - soit « Sa’d », qui signifie le chanceux. Elle porte aussi les noms de « Seat Alpheras » ("Alpheras qui signifie ici “le cheval") et « Menkib » de Mankib al Faras, "l’épaule du cheval."

Elle culmine à minuit (0h heure locale vraie) le 2-3 septembre, à plus de 70° de hauteur pour la latitude terrestre 45° Nord.

JPEG - 83.1 ko
Scheat à la culmination
2-3 septembre à minuit

Quant à « Markab  », son nom signifie « la selle du cheval ».

Voici deux apports de spécialistes de la mythologie des étoiles :

A propos du grand carré dont l’étoile Scheat forme l’un des pieds. Rappelons que l’interprétation liée aux pieds des figures mythologiques souffre souvent d’une connotation négative puisqu’elle évoque une faiblesse (le talon d’Achille, par exemple). Dans cette lecture d’une figure carrée, Scheat ne figurant pas le pied d’un être mythologique mais celui qui contribue à marquer et à supporter une surface, le pied était en fait doté d’une connotation favorable et c’est pourquoi Scheat fut aussi nommée "le Pied heureux". On se plut à voir dans ce grand carré une couche ou une table, un support stable en tout cas (on l’appela aussi "le tabouret"). Les étoiles qui participent de ce grand carré composent deux des 28 maisons lunaires. La XXIVème demeure d’Abu Mashar (commentaires extraits de son Kitäb al-mawälïd) est composée du premier duo d’étoiles, auquel
participe Scheat. Abu Mashar intitule cette demeure : "le plus grand des bonheurs" et son image (oui, les demeures lunaires de l’époque arabe étaient également illustrées d’une riche iconographie) est : "un homme couché sur le dos" ou un "homme assis, les jambes croisées", représentations qui évoquent le
repos après le travail ("une couche " était d’ailleurs une des quelques autres appellations astronomiques/astrologiques du "grand carré"). Enfin, le grand carré évoquait aussi l’idée de construction ; c’est pourquoi les demeures lunaires composées de ses étoiles parlaient souvent d’édification, de construction de cités, etc. Diane Lapesse, spécialiste des auteurs anciens

Pour les Babyloniens, le fameux carré de Pégase dont Scheat est supposé être le pied gauche, était un champ, l’image de l’I-Ku, le jardin du paradis dont Sheat est un des coins et les prêtres babyloniens bénissait ce lieu mythique invoquant "I-Ku star, Esagil, image du ciel et de la terre". "Le carré de Pégase est de la plus haute importance, I-KU représentant la mesure du champ fondamental et primordial, le Paradis". I-Ku (Scheat) en était le plancher. C’est une image de ce qui deviendra la "pierre de fondation", Eben Shetiyyah, pierre percée que David
trouva au fond du puits mythique car elle retenait les eaux des abysses (l’apsu, cette eau au fond de l’espace galactique où nagent Poissons et baleine, Pisces et Cetus). Le lever héliaque de cette étoile béta Pégase coïncidait avec le solstice d’hiver environ 4000 ans avant J.C., etc. Page 435 et suivantes de "Hamlet’s mill" du professeur Giorgio de Santillana.

JPEG - 351.7 ko
I-KU
extrait de "Hamlet’s Mill"

Rappelons que dans la mythologie grecque, il y a un rapport avec le pied de Pégase qui chaque fois crée une source merveilleuse. Ces chevaux mythiques sont des puisatiers (notre livre "Des étoiles et des hommes", page 89). Ces mythologies ont évolué avec la précession.

On retrouve l’équivalent de Pégase dans les mythologies médiévales en France. Il s’agit du fameux Cheval Bayart certes non ailé mais capable de bonds prodigieux en laissant chaque fois une marque de son sabot sur la pierre d’élan. Or pour sa fin on dit que l’Empereur voulut le noyer en lui attachant une meule au sabot
Nous retrouvons exactement le mythe de la pierre de fondement ; aben shettiya, cette meule de moulin ronde avec un trou carré en son milieu, image perpétuelle de la pierre qui retient les eaux primordiales au fond des abysses, comme dans le mythe de Samson qui la tournait dan la cave. Bayart la brisa et remonta.
Or il est dit que "le Cheval Bayart était sur mont avec les quatre pattes attachées à quatre colonnes en carré".Robert et Francine Gouiran, auteurs de "Des étoiles et des hommes", éd. du Rocher


- Voir également ce site

ASTROPHYSIQUE

C’est une grosse géante rouge (qui, au maximum de ses pulsations effleurerait l’orbite de Mars), froide (température de surface 3100° K ) de type M2.5II-III ; elle brille comme 340 soleils pour une masse de seulement 5 fois celle de notre astre ; elle est donc très peu dense.

JPEG - 53 ko
Scheat -spectre
source

C’est une variable pulsante irrégulière de type LB : elle enfle et désenfle tout en se déformant. La particularité de ce type de variable est d’être froides (types spectraux K,M,C,S) , lentes et irrégulières dans leurs pulsations.

Elle est distante de 199 +/- 8 années de lumière et semble s’éloigner de 9 km/sec en vitesse radiale.

Herschel lui avait découvert un compagnon mais il s’avère être purement optique.
Un autre compagnon (C), de magnitude 11.60 a été observé à 6 reprises mais, quoique cela expliquerait sa nature de variable irrégulière, aucune certitude ne semble établie quant à sa réelle multiplicité ou non.

Encore un mystère à résoudre ...

Je vous souhaite un bon envol sur l’épaule de Pégase !
Sources : Sky Map Pro (logiciel) ; Etoile par étoile (livre Piero Bianucci éd. Bordas) ; Wikipédia ; http://stars.astro.illinois.edu/sow/scheat.html ; Scheat sur SIMBAD



Recherche personnalisée


articles de cette rubrique


Accueil > Ciel > Scheat
Plan du site | Espace privé | SPIP | contact | accueil